top of page
  • Photo du rédacteurMatthieu Herrlich

Crise et Immobilier : Où en est-on ?

La crise économique n’épargne pas le secteur de l’immobilier.


AJC Patrimoine développe depuis toujours une hiérarchisation de ce support au sein des patrimoines. Petit passage en revue de nos convictions, des tendances et des questions ouvertes, à l’heure des incertitudes.


L’investissement locatif classique


Après un arrêt brutal, ce marché repart en trombe et de l’avis de certains professionnels de la région de Strasbourg, le niveau des prix est autant historique qu’hystérique.

Une petite surface dans l’ancien (studio, 2 pièces) avoisine les 5 000 € du m². Certains produits neufs vendus en loi Pinel dépassent 6 000 € du m².


Des appartements situés au cœur de la Neustadt, Krutenau et centre-ville voient les prix continuer de grimper.


La remontée des taux bancaires constitue un frein aux projets d'acquisition mais surtout la frilosité des banques devraient agir pour ralentir le marché et "tasser" cette envolée des prix. Nous pensons que les biens qui présentent des atouts très forts (agencement, extérieur, localisation) ne seront pas affectés par une diminution de leur valeur à moyen terme.


Les investissements en SCPI


Les sociétés de gestion n’ont pas attendu la crise pour diversifier leurs portefeuilles mais le confinement lié à la pandémie révèle les limites de certains thèmes. Nous vous renvoyons à l’article écrit en décembre sur le sujet, et qui reste d’actualité ! lire ici.




Les locaux commerciaux sont en première ligne. La crise frappait déjà ce sous-secteur avec des chiffres d'affaire en baisse pour les enseignes mais des loyers toujours plus élevés. L'essor continu de l’e-commerce et le changement de comportement des consommateurs favorisent une baisse des prix. A sous-pondérer.


Les bureaux ne présentent en revanche pas de caractéristiques similaires. Le marché profite d’une offre limitée au cœur des villes et d’une meilleure visibilité sur les revenus. Les espaces de co-working sont les premiers à souffrir du télétravail mais cette nouvelle donne ne se matérialise pas encore massivement. C’est un sujet à suivre, mais les biens de choix continueront à jouir d’un bon rendement.


Le tourisme et l’hôtellerie souffrent évidemment de ce contexte. Les loyers sont reportés et les menaces de faillites importantes.


En revanche, les SCPI ont diversifié vers des domaines qui résisteront, par leur nature, aux effets de la crise. C’est le cas des entrepôts et des investissements dans la logistique. Les maisons de santé ou les centres de formations sont également des domaines privilégiés. Enfin, la diversification géographique est un moyen de limiter l’impact de la crise.


Les investissements en location meublée.


L’investissement en location meublée gérée, type Ehpad et résidence étudiante, continue d’être notre sélection de prédilection.


Transformer un logement, bien situé en centre-ville, en une location meublée reste très compétitif.

Nous déconseillons, en revanche, de bâtir une stratégie d’investissement reposant uniquement sur la location meublée de tourisme via plateforme type Airbnb. La situation actuelle génère des pertes de revenus importantes et des mises en location meublée classique dans l’urgence depuis le mois de Mars.


Nous pensons aussi que les récents résultats des élections municipales auront un impact sur ces stratégies avec plus de contrôles et des limitations réglementaires.


En conclusion, qualifié d’investissement refuge il est temps d’adopter une démarche différente vis-à-vis de l’immobilier et de hiérarchiser les thématiques d’investissement.


Nous vous conseillons dans vos démarches, n’hésitez pas à nous contacter pour faire le point des solutions adaptées à votre profil.

Agissez !

Pour AJC Patrimoine,

Matthieu Herrlich

17 vues0 commentaire
bottom of page