top of page
  • Photo du rédacteurMatthieu Herrlich

Bonne rentrée !

La rentrée 2020 est marquée plus que jamais par un sentiment négatif.


Reprise de la crise sanitaire, crainte des plans de licenciements massifs, crainte d'un nouveau retournement des marchés financiers, débat sur l'ensauvagement dans notre société.

A cela s'ajoutent l'affrontement commercial entre la Chine et les États-Unis et l'ouverture d'un nouveau front de tensions géopolitiques entre la Turquie et l'Union Européenne.


L'horizon à moyen et long terme n'offre pas plus de réjouissances : élections américaines incertaines, dé-mondialisation en cours, élections en France.


Pourtant nous voulons prendre de la hauteur et porter un regard résolument optimiste sur les échéances à venir. Passage en revue de nos convictions du moment.


Marchés financiers


Depuis les plus bas du mois de mars, nous assistons à une remontée spectaculaire des indices, notamment US, mais toutes les classes d'actifs n'en sont pas au même stade.

Il faut distinguer :

  • Les actifs qui ont fait mieux qu’un « V » puisqu’ils dépassent leur niveau de février : les valeurs technologiques US (Nasdaq), le dollar Australien.

  • Les actifs qui ont retrouvé leur niveau de mi-février : L'indice américain S&P500, le taux 10 ans Italie.

  • Les actifs qui ont amorcé leur rebond et qui ont besoin d’une nouvelle amélioration de l’environnement de risques pour poursuivre leur parcours : les actions européennes.

  • Les actifs qui n’ont pas/très peu entamé leur normalisation pour des considérations également d’environnement de risque : les secteurs les plus impactés, le peso mexicain, l'écart de taux US-Allemand.

Cela signifie que des plus-values sont à prendre en 2020, que le rebond n'est pas terminé dans certains cas ou n'a pas commencé pour d'autres.


Front sanitaire


L'évolution de la Covid 19 à travers le globe reste préoccupante mais semble mieux gérée.

  • Sur le front sanitaire nous choisissons d'observer le taux d'entrée dans les services de réanimation et la durée des hospitalisations.

  • La plupart des chefs d’État ont déjà déclaré ne pas vouloir mettre leurs économies à l'arrêt une nouvelle fois.

  • Les gestes barrières sont davantage respectés et les connaissances scientifiques permettent de mieux faire face, au moins jusqu'à un certain stade.

  • Enfin quelles seront les réactions lorsque nous disposerons de vaccins certifiés ?

  • De nombreux laboratoires à travers le monde semblent être très avancés dans leurs études. L'institut Pasteur démarrera ses tests sur patients courant Octobre.

On observe un rebond de l'épidémie plus net dans la sphère médiatique que dans la sphère publique. Les prochaines semaines seront cruciales.


Front Économique


Beaucoup de secteur sont impactés et des faillites sont annoncées. Mais l'économie, comme la nature a horreur du vide et c'est le propre des dirigeants de s'adapter et de faire évoluer des pratiques. Nous sommes dans une phase de mutation accélérée de notre économie, que nous pouvons accompagner par l'investissement.

  • Les marges des entreprises sont meilleures qu'elle ne l'étaient lors de la crise des Subprimes en 2008.

  • Le réseau bancaire est également beaucoup plus résistant qu'en 2008 et bénéficie du soutien de la banque centrale.

  • Les États prennent le relais des banques centrales à travers des plans de soutien à l'économie et de relance sans précédents.

  • La crise ouvre la voie à de nouvelles opportunités en matière de développement énergétique et écologique.

  • La dimension sociale et durable crée une dynamique sous-jacente qui relance l'espoir d'une reprise.


A la lecture de ces faits, nous souhaitons vous apporter nos meilleurs conseils pour vos allocations d'épargne et de patrimoine.


Agissez !


Pour AJC Patrimoine

Matthieu Herrlich

48 vues0 commentaire

Comentarios


bottom of page